L'impression qu'il
manque l'essentiel?

L’impression suisse est importante : il nous faut la défendre si nous ne voulons pas vivre dans un monde sans images.

Fribourg-Gottéron imprime en Suisse

Notre monde est en mutation. Le numérique est partout, et semble être la réponse optimale à tous nos besoins, qu’ils soient celui d’information, de nouveauté, ou de divertissement. Il est incontestable que cette révolution numérique met en danger le monde de l’impression, autant dans le domaine du livre que celui des médias ou de la publicité. Tout de même, bien qu’on ait tendance à l’oublier, l’imprimé est partout, dans des domaines que le numérique ne remplacera jamais. Une étiquette de vin ne sera jamais digitale, il en est de même pour vos emballages de fondue, de yaourts, vos étiquettes qui, dans les supermarchés ou dans les épiceries, attirent votre œil et vous rendent curieux et gourmands. Car l’impression, plus encore que son côté pratique, conserve le charme qui attire l’œil et aiguise la curiosité du consommateur, et ce, pas uniquement dans un but publicitaire : l’imprimé interpelle, amuse, perturbe et attendrit.

Malgré le danger que représente le numérique pour l’industrie de l’impression, des entreprises privées et publiques suisses persistent à confier leurs travaux à des imprimeries étrangères. Pour que l’impression suisse survive, il faut la valoriser en faisant confiance à des particuliers qui, bien que proposant des services plus coûteux, garantissent un rapport de confiance, de qualité, d’amitié et d’émotion à leur clientèle.

N’oublions pas que l’impression suisse est sans conteste un pôle de savoir-faire important pour notre pays. La défendre, c’est aussi aider à préserver les métiers inclus dans la chaîne de production du produit imprimé. Elle permet de promouvoir la créativité et la maîtrise des créatifs suisses, qui mettent en valeur nos talents. En effet, avant d’arriver dans la main du consommateur, le produit imprimé aura parcouru toute une chaîne de production, et une vingtaine de mains expérimentées. Le créateur (graphiste, illustrateur) achève son idée ; l’idée devient concept, envoyé en production à un imprimeur, qui choisit, parfois avec l’aide d’un coloriste ou d’un papetier, les couleurs les plus vives et les papiers les plus précieux ; le papier sera relié, envoyé, distribué. Ceci sans oublier les impressions sur des supports tels que les bâches ou le textile, notamment dans l’industrie du sport. En conclusion, le produit imprimé est souvent marqué d’une vingtaine d’empreintes digitales invisibles, mais bien présentes dans la conception du produit. De celui qui produit l’idée, l’image ou le texte, à celui qui le réalise en vue de l’imprimer, la chaîne de production de l’imprimé suisse est une précieuse transmission de créativité et de savoir-faire.

Mais, dans l’histoire de l’impression suisse, d’autres acteurs fondamentaux peuvent être ajoutés en tête et en queue de la chaîne : celui qui a besoin d’habiller son produit d’une étiquette, de promouvoir son dernier spectacle à l’aide d’une affiche, ou de porter un maillot aux couleurs de son club sportif. Nous avons tendance à l’oublier, mais l’imprimé recouvre une grande diversité de corps de métier, qui n’auraient à première vue pas leur place dans le processus d’impression. Mais la clientèle a sa place dans cette histoire, et c’est ce que le campagne « Printed in Switzerland » vise à mettre en évidence. Nous avons tous notre rôle à tenir dans l’histoire de l’impression suisse.

A l’ère du numérique, le support imprimé perd en importance, en symbolique, et paraît parfois obsolète dans un monde d’écran et de clavier. Mais l’impression 
suisse est une richesse pour celui qui la consomme et l’apprécie, mais aussi pour celui qui la produit, l’embellit, avec amour et passion. Il est encore temps de la sauver, de la remarquer, de la porter, de la défendre et de la protéger… pour ne jamais avoir l’impression qu’il manque quelque chose. « Printed in Switzerland ».

Découvrez nos témoignages exclusifs d’entrepreneurs qui, sans ces précieux fournisseurs en impression, vivraient dans un monde sans image!